août 122018

Hier, mon vieil ami Jean-Pierre fêtait son 84 ème anniversaire. Nous nous sommes retrouvés à l’espace naturiste du bois de Vincennes. Malgré notre grande différence d’âge (28 ans), nous avons toujours plaisir à nous voir et cela fait maintenant 17 ans que nous nous connaissons. Il y a beaucoup de tendresse et d’affection, pour ne pas dire d’amour entre nous. Il n’y avait pas grand monde hier à la zone naturiste, alors qu’aujourd’hui, c’était la foule des grands jours, et nous avons pu, le plus discrètement possible, nous embrasser et nous caresser. Je lui ai fait un beau cadeau pour son anniversaire en le faisant jouir. Lui aussi m’a bien branlé, pas comme la guêpe qui m’a piqué lundi dernier au zizi. On peut vraiment dire que le bon Dieu m’a puni car pendant de longues minutes, j’ai senti la douleur à cet endroit censé procurer le plaisir. La sale bête avait visé juste…Ces mouches et ces guêpes qui rôdent autour de nous au bois de Vincennes, on s’en passerait, d’autant que je les attire, je préférerais attirer des filles ou des garçons…

A part ça, j’ai assisté aux Gay Games qui se déroulaient cette semaine à Paris. La Piscine Roger le Gall était fermée au public,  car les compétitions aquatiques des Gay Games s’y déroulaient.  Je m’étais donc rabattu sur celle de Reuilly pour mes séances de natation hebdomadaires. Reuilly est une piscine où je vais souvent, avec un petit solarium où l’on peut parfois admirer quelques rares adeptes du monokini et des douches où l’on a quelquefois de bonnes surprises, comme jeudi dernier où j’ai eu le plaisir de prendre ma douche tout nu, en compagnie d’un beau jeune homme lui aussi dans le plus simple appareil. Il ne s’est rien passé (hélas…) mais le plaisir visuel était déjà intense, d’autant que le jeune garçon avait un fort joli sexe. Peu après cette douche sans pudeur, je me suis donc rendu à la piscine Roger le Gall, dans l’espoir d’assister aux Gay Games. En effet, le public était le bienvenu, d’autant qu’il était rare, l’entrée était libre et gratuite. J’étais peut-être le seul visiteur à ce moment-là car il n’y avait apparemment que les participants et les officiels et ça parlait beaucoup plus anglais que français. J’ai assisté à un match de water-polo où les blancs ont battu les verts 4 à 2. Le tout dans une bonne ambiance, assez festive. Les équipes étaient mixtes et il y avait de beaux athlètes dans l’eau et au bord de la piscine. Le photographe, notamment, était vraiment superbe, c’est lui qu’on aurait du prendre en photo…

A propos de photos, il y en avait de belles à la une de la presse people ce week-end. Marion Cotillard complètement nue à la une de Voici, aux côtés de son compagnon Guillaume Canet qui, lui, avait gardé le bas; Laetitia Hallyday, elle aussi à poil et en gros plan à la une de Oops; et Delphine Wisperer, une ancienne Miss France, topless aux côtés de son compagnon, à la une de Public, quelques jours après avoir vu une autre ex Miss-France Rachel Legrain Trapani, également seins nus, aux côtés de son petit ami, le footballeur champion du monde  Benjamin Pavard. Bref, chez les stars aussi,  on s’en donne à corps joie. D’autres magnifiques corps nus, ceux des acteurs et actrices du film porno Solstix, de l’excellent John B Root, qui passe ce mois-ci sur Canal. Un superbe casting avec Julie Valmont, Amel Annoga, Nora Luxia et Luna Rival chez les filles et Titof, Doryann Marguet, Francesco Malcom  et Rico Simmons chez les garçons. A noter, parmi les superbes scènes au bord de la piscine, un chouia d’homosexualité avec Doryann qui taille une pipe à Titof, les deux hommes sont d’ailleurs connus pour leur bisexualité. Une bisexualité qui est beaucoup mieux acceptée et même encouragée entre femmes dans les milieux libertins alors qu’elle est mal vue entre mecs, ce qui est bien regrettable. C’est bien souligné dans le guide “Osez le Libertinage” qui vient de sortir et que je viens de lire tout comme son petit frère “Osez le naturisme”. Pour ma part, il y a longtemps que j’ai osé…

août 082018

Après quelques déboires ces derniers temps, j’ai renoué avec plaisir avec mon activité de photographe amateur de nu féminin. J’avais rendez-vous avec un fort joli modèle, Maryline, une jeune danseuse de cabaret de 28 ans, habituée à se produire dans des boites de strip-tease ou des clubs de pole-dance, donc à l’aise avec la nudité. Maryline vient de s’inscrire sur Focale  31 et c’est là que je l’ai contactée.  Elle est arrivée toute de noir vêtue et le sourire aux lèvres, avec des sandales largement ouvertes qui laissaient  voir de très jolis pieds, même si elle n’avait pas verni ses ongles. Non contente d’être jolie, elle était sympathique et souriante, ce qui ne gâchait rien. Cette petite brune était vraiment craquante et, pour la bagatelle de 50 euros, elle a accepté de se dévoiler intégralement, ne refusant que la position à 4 pattes, trop vulgaire selon elle. Au fil de son déshabillage, de son strip-tease, puisque c’est un peu son métier, j’ai découvert des seins superbes et généreux, une chatte clairsemée et bien entretenue et de très jolies fesses. Elle avait deux tatouages dans le dos, un petit et un gros, qu’elle dissimulait parfois sous sa longue chevelure. C’était un régal pour les yeux et l’objectif de mon appareil photo jetable. Toutes les bonnes choses ont hélas une fin et Maryline est reparti à Vincennes, là où elle réside. Comme je lui disais que j’allais souvent au bois de Vincennes et plus précisément à l’espace naturiste, elle m’a dit qu’elle aussi devait y aller prochainement pour un shooting photo pour un magazine. D’ailleurs, hier, il y avait un shooting dans le bois de Vincennes, juste à côté de la clairière naturiste. Une jeune femme posait en tenue très légère et sexy, parfois topless et parfois pratiquement nue, pour un ami photographe. Elle m’a dit à la fin du shooting qu’elle était avocate et qu’elle faisait ça pour son plaisir. Elle avait l’air très exhib et coquine et c’était un plaisir d’assister à sa séance photo, en compagnie de quelques autres voyeurs, d’autant que nous étions à l’ombre, ce qui n’est pas plus mal en ces temps de canicule. Même si le public est très majoritairement masculin à l’espace naturiste, il y a quelques femmes qui viennent bronzer nues, notamment le dimanche. Dimanche dernier, j’ai commencé ma journée au coin du bois, non loin d’une très jolie blonde et je l’ai terminée à l’entrée de la zone naturiste, tout près deux jolies brunes très typées. Bref, il y en avait pour tous les goûts…

août 042018

L’autre jour à l’espace naturiste du bois de Vincennes, un mec m’a parlé de Berck et de sa plage naturiste. Je connaissais déjà la sulfureuse réputation de cette plage et j’ai voulu aller vérifier aujourd’hui sur place. Pour cela, j’ai pris le bus de Flixbus qui avait l’avantage de partir et de revenir à Bercy, à quelques mètres de mon domicile. Hélas, il ne s’est pas arrêté à quelques mètres de la plage de Berck mais à quelques kilomètres, sur un péage d’autoroute. Il a donc fallu marcher longtemps, deux heures et demi, pour arriver à bon port. Et il a fallu repartir tôt pour ne pas rater le bus du retour. Heureusement, un automobiliste sympa m’a pris en stop au retour et m’a épargné quelques kilomètres, ce qui m’a sûrement permis d’arriver à l’heure. Au total, je ne suis resté qu’une heure et demi à poil sur la plage et dans les dunes. La plage était assez mixte tandis que les dunes étaient très masculines et coquines. Je me suis d’abord baigné. L’eau était très bonne et le mer si basse qu’on voyait les piquets à moules. Puis, je suis monté dans les dunes, muni de mon appareil photo jetable et j’ai fait la connaissance d’un charmant valenciennois, Jean-Jacques, qui m’a photographié sous toutes les coutures, au repos puis en érection. Pour le remercier, je lui ai taillé une bonne pipe. Quand je suis redescendu vers la plage, les piquets à moule avaient disparu, mystère de la marée montante. Et il fallait déjà rebrousser chemin, via la plage principale, habillée celle-là et noire de monde. C’était cher payé pour un si court moment de bonheur. Dommage car cette plage mérite le détour mais elle est mal desservie pour ceux qui n’ont pas la chance d’avoir une voiture.

Hier, j’ai pris un râteau monumental. J’avais rendez vous avec Patricia, une jeune modèle photo d’origine polonaise, qui vit en Irlande et qui séjournait en France pour quelques jours. Je l’avais contactée sur Focale 31 mais j’avais hésité à poursuivre l’échange quand j’ai constaté qu’elle ne parlait pas français et compte tenu que I don’t speak english very well…Mais comme elle m’avait relancé en me disant que ce n’était pas grave et qu’on arriverait à se comprendre, on s’est donné rendez-vous. Surprise, elle n’était pas seule, elle était venue avec sa mère et aussi ses bagages car les deux femmes étaient sur le point de rentrer à Belfast. Je leur ai offert un coca. Patricia était toute mignonne avec son piercing aux narines et son tatouage à une jambe que j’avais pu apercevoir sur son book mais mon appareil photo jetable n’a pas eu l’air de lui plaire et sa mère s’en est fait l’écho “your camera is not professional” a t-elle dit. J’avais pourtant précisé dans mon premier message en français que je n’étais pas professionnel mais Patricia qui, elle, est dans une démarche de modèle pro, n’avait peut-être pas bien compris. Elle est donc partie  sans avoir pris la pose et n’a même pas bu son coca, au contraire de sa mère qui, elle, avait pratiquement fini son verre. L’appareil photo jetable, lui, n’a rien perdu pour attendre, puisqu’il a servi aujourd’hui à Berck.  Quelques heures après ce shooting avorté, Marco, le mec de la piscine m’a téléphoné, déçu de ne pas m’avoir revu à la piscine Roger le Gall, où nous n’avons pas nagé aux mêmes heures. Je lui avais trouvé un remplaçant, un mec pas mal d’ailleurs, en tous cas mieux que Marco, avec qui j’avais pris ma douche, moi à poil et lui baissant ostensiblement son maillot de bain pour dévoiler sa bite et son cul. Nous avons fini par nous retrouver aux chiottes. Il ne voulait pas se faire sucer, préférant qu’on s’occupe de son derrière. Je lui ai donc peloté et embrassé ses petites fesses, un peu léché son trou du cul aussi avant d’y introduire un de mes doigts. Ca n’a pas été plus loin mais quand j’ai raconté ça à Marco, ça n’a pas eu l’air de lui plaire, comme quand je lui ai dit qu’il se la racontait et qu’il se la pétait un peu. Finalement, ce n’est pas plus mal, je ne savais pas comment m’en débarrasser. Comme ça, il ne me téléphonera sûrement plus et c’est tant mieux…

août 012018

Aujourd’hui, j’étais à la piscine Roger Le Gall pour nager et bronzer. Sept femmes faisaient du topless sur le solarium. J’ai donc pu mater de belles paire de nichons, notamment ceux énormes d’une habituée, une blonde à très forte poitrine. Mais c’est un homme, Marco, qui m’a branché sous la douche, alors que je prenais ma douche à poil. Je le connaissais de vue et on s’était déjà parlé à Roger le Gall et surtout à la piscine Joséphine Baker où on avait l’habitude de se croiser, une piscine hélas fermée depuis un an. Après avoir échangé quelques banalités, il m’a demandé si j’aimais les massages car il disait en faire de bons, et gratuits en plus. Il touchait là un point sensible et, comme il m’était sympathique à défaut d’être beau, je lui ai dit que oui j’aimais ça, que je serais content qu’il m’en fasse un et que moi aussi j’en faisais. Je lui ai donné mon numéro de téléphone et en effet, quelques heures plus tard, il m’appelait. Il était d’ailleurs au téléphone quand j’ai été à sa rencontre devant la grille, pour répondre à un coup de fil professionnel. Après avoir bu un petit coca, je me suis mis tout nu à plat ventre sur mon lit et lui, qui était venu en tee-shirt, short et baskets, n’a gardé que la culotte de sa compagne car il est fétichiste des sous-vêtements féminins. Il me fera d’ailleurs essayer ladite culotte plus tard. En attendant, il m’a massé. Il parlait et bougeait beaucoup, en bon méditerranéen, aux origines tunisienne et italienne. Moi, je restais silencieux et réservé sous ses caresses qui s’attardaient sur mes fesses qui semblaient beaucoup lui plaire. Il m’a demandé assez rapidement de me retourner et m’a demandé s’il pouvait aussi me masser le sexe. Je ne me suis pas fait prier évidemment, même si, un peu assommé par la forte chaleur, je ne bandais guère. Il m’a massé le kiki avec sa main puis avec sa bouche, c’était bien agréable, même si je trouvais un peu trop hâbleur et remuant. Pour le calmer, je lui ai dit que c’était une grosse salope mais lui m’a rétorqué que moi aussi j’en étais une belle. En effet, sur ce plan là, nous étions à égalité. J’aime beaucoup qu’on me traite de salope pendant le sexe et qu’on me dise des mots crus, ça m’excite. Je suis une grosse salope en effet et fier de l’être en plus. Avec Marco, nous nous donc copieusement insultés mais il s’est bien occupé de moi, me léchant notamment le trou du cul avec gourmandise. Pour ne pas être en reste, j’ai sucé sa bite circoncise et nous nous sommes aussi donné de bonnes fessées que nous méritions, car nous n’étions vraiment pas sages…

Excellent reportage sur le naturisme mercredi dernier sur M 6 dans “Zone Interdite”. C’était du vrai naturisme comme on l’aime, loin des turpitudes du Cap d’Agde, que l’on aime aussi mais qui brillaient, pour une fois, par leur absence et ce n’était pas plus mal. Un bémol toutefois: pourquoi les seins des femmes, que l’on devinait superbes pour la plupart, étaient floutés, comme les sexes? Heureusement, si les devants étaient hélas seulement suggérés, les derrières , eux, étaient complètements montrés. Beau reportage aussi sur le naturisme dans Paris-Match et notamment le naturisme urbain et parisien qui se développe énormément, notamment grâce à l’espace du bois de Vincennes, n’en déplaise à quelques réfractaires comme le philosophe Raphael Enthoven dont l’interview dans Match, même si on a du mal à tout bien comprendre (ces gens-là ont une dialectique qui n’est pas toujours simple), n’est pas favorable au naturisme. Sur une des photos prises au Bois, aux côtés de Cédric et de Martine, deux responsables bien connus, j’ai reconnu Béatrice, également membre de l’A.N.P (l’Association des Naturistes de Paris), une femme très sympathique et à la pilosité naturelle, ce qui est rare de nos jours, avec qui j’avais joué aux quilles la veille justement à l’espace naturiste. J’avais réussi à gagner la dernière partie, après plusieurs échecs mais comme dit un célèbre Baron, l’important était de participer.

juil 252018

Je l’ai connue sur un site de naturisme. Elle s’appelait Cathy sur le site mais elle m’a vite dit que Margaret était son vrai prénom. Son profil était fort sympathique, agrémenté de quelques photos où elle ne nous cachait rien de son anatomie grassouillette et généreuse. Elle me faisait penser à Nicole, de Naturbisex 17, une charentaise qui nous enchante sur bob voyeur par ses nombreuses contributions. J’ai écrit un message sympa à Cathy (je ne savais pas encore qu’elle s’appelait Margaret) en lui disant que je pouvais la photographier nue (elle disait aimer poser à poil) et que je pouvais aussi la recevoir et même l’héberger car j’avais lu qu’elle habitait à Lyon mais qu’elle se déplaçait beaucoup en train. Et pour cause puisque j’ai appris ensuite lors de notre rencontre qu’elle était retraitée de la SNCF et qu’elle bénéficiait donc de la gratuité sur les voyages en train. Elle a 60 ans et elle a pris sa retraite cette année. Elle a répondu favorablement à mon message  et nous nous sommes rencontrés hier. Je lui avais concocté un bon petit programme naturiste avec espace naturiste du bois de Vincennes l’après-midi et restaurant naturiste le soir et ça lui convenait, tout pour passer une bonne journée dans le plus simple appareil. Margaret avait un petit quart d’heure de retard, les trains n’arrivent pas toujours à l’heure…Elle était souriante et sympathique, avec ses longs cheveux blonds et blancs et ses kilos en trop mais je préfère ça à des femmes trop maigres. Après avoir parlé un peu et bu un coup de Coca-Cola pour nous rafraîchir, compte tenu de la chaleur accablante, nous avons donc pris la direction du bois de Vincennes. Elle m’a dit qu’elle était divorcée et même deux fois divorcée avec deux grands enfants, nés de chacun de ses deux mariages. Elle vit d’ailleurs toujours avec sa fille.  Elle a voulu photographier le château de Vincennes avec son smartphone et j’ai voulu moi aussi la prendre en photo devant le château avec mon jetable. Elle a manifesté quelques réticences, ce vieux système qui oblige à un développement, donc qui passe par un intermédiaire, ne semblant pas lui convenir mais elle s’est quand même exécutée. Arrivé à l’espace naturiste, j’ai voulu immortaliser l’instant où elle enlevait sa robe légère et se mettait à poil mais là aussi, elle a semblé quelque peu réticente alors qu’elle disait aimer poser nue sur son profil…Elle m’a quand même laissé prendre quelques clichés d’elle toute nue allongée ou assise sur sa serviette. C’est la première fois que j’allais à l’espace naturiste accompagné et Margaret était peut-être la seule femme à être nue à ce moment-là car l’espace est peuplé à plus de 90% d’hommes , même s’il y a un peu plus de femmes le dimanche. Mais ce qui a surtout dérangé Margaret, ce sont les voyeurs qui restent habillés et qui stationnent là pendant des minutes voire des heures, notamment sur le tronc d’arbre qui nous faisait face. Après deux heures et demi au soleil ou sous les nuages, ce qui avait l’avantage de couper la forte chaleur, nous avons quitté le bois car j’avais réservé le restaurant O’Naturel pour 20 heures et nous ne voulions pas être en retard. J’avais beaucoup entendu parler de ce nouveau restaurant naturiste qui a ouvert il y a quelque mois du côté de Daumesnil, dans mon arrondissement, mais je n’y étais encore jamais allé, hésitant à m’y rendre seul. Avec Margaret, l’occasion était belle et nous y avons été à pied depuis mon domicile, nous avons d’ailleurs beaucoup marché, je suis un grand marcheur et elle aussi était d’accord pour faire travailler ses jambes. Arrivés au restaurant, nous avons laissé nos rares habits au vestiaire et juste enfilé les sandales blanches et ouvertes qui étaient fournies. Nous étions les premiers clients, la petite salle était vide et nous avions l’embarras du choix pour nous placer. Nous avions été accueillis par l’un des deux frères qui gèrent l’établissement. Lui comme son frère est habillé, pour des raisons d’hygiène et de sécurité apparemment, mais il est en tous cas fort sympathique et avenant. Peu après notre installation, un autre couple est arrivé, la femme bien en formes, avec une poitrine généreuse et un gros cul mais très jolie. Puis, peu après, un homme, visiblement un habitué, est venu s’installer près de nous. Nous étions donc cinq en tout, une petite affluence pour ce mardi mais ça marche mieux que ça normalement et ils organisent même des soirées à thème  tous les mois. J’y reviendrai avec plaisir en tous cas, sans doute seul cette fois. L’addition était certes un peu salée, d’autant que c’est moi qui ai payé (78 euros pour 2 personnes) et encore, nous n’avons bu que de l’eau mais l’expérience valait le coup d’être tentée. Nous sommes rentrés contents mais fatigués. J’avais fait beaucoup marcher Margaret et elle semblait épuisée. Avant le restaurant, je l’avais prise en photo toute nue dans mon studio et j’avais fini la pellicule de mon jetable. Je lui ai proposé un massage naturiste pour rester dans le ton mais elle semblait vraiment fatiguée et j’ai déplié le lit qui se retrouvait sous le canapé, pour qu’elle puisse dormir à son aise, le mien étant trop petit. Elle a donc été se coucher, à poil évidemment mais m’a dit que je pouvais regarder la télé si je voulais. Elle m’avait fait louper l’étape du Tour de France et la brillante victoire de Julian Alaphilippe. J’ai donc allumé la télé, sans son pour ne pas la déranger dans son sommeil. J’avais vu sur les programmes que Paris Première rediffusait l’excellent documentaire érotique Brigitte et moi, sur Brigitte Lahaie et le porno des années 70. J’ai pris beaucoup de plaisir à le revoir puis je suis allé me coucher et me branler, à quelques mètres de Margaret. Ce matin, je me suis réveillé le premier, je suis allé chercher mon journal “L’Equipe” ainsi que le numéro Sexe 2018 des inrockuptibles. Margaret ne s’est même pas aperçu que j’avais quitté l’appartement, elle dormait toujours quand je suis rentré, nue et offerte sur le lit du canapé, une invitation au bonheur. Quand je me suis aperçu qu’elle commençait à bouger  et à remuer dans le lit (il était 10 h 30 environ), je me suis approché d’elle dans le noir pour voir si ça allait. Elle a eu l’air toute surprise (elle était peut-être encore en plein rêve ou en plein cauchemar) puis m’a dit qu’elle avait très chaud, la canicule ne favorisant pas le sommeil. J’ai dit bonjour à ses seins en leur faisant un petit bisou puis je me suis installé à côté d’elle, nu comme un ver, pour la caresser et la câliner. Puis, je me suis aventuré, toujours avec ma main, du côté du sexe, une chatte rasée de près (c’est elle qui se le fait, le rasage intime). Constatant qu’elle n’opposait aucune résistance, je me suis enhardi et j’ai changé de position. C’est maintenant ma langue qui fouillait à l’intérieur de la foufoune, à la recherche du clitoris, puis j’y ai mis mes doigts et enfin, ça devait finir par arriver, ma bite. Je l’ai d’abord baisée avec capote  puis sans capote car le préservatif ne favorisait pas mon érection qui n’était pas vraiment triomphante. Il faut dire aussi que Margaret ne faisait rien pour arranger la situation. Elle était complètement passive alors qu’avec ses doigts et avec sa bouche, elle aurait sûrement pu faire des merveilles. Finalement, je n’ai même pas joui,  j’avais du mal à me sentir dur, noyé dans son vagin tout mouillé. Elle  avait l’air quand même d’y trouver un certain plaisir mais difficile d’évaluer cela pour nous qui ne sommes de pauvres hommes. Puis, nous avons pris le petit-déjeuner. Je tétais un de ses nichons pour voir si je pouvais avoir du lait pour ajouter à ma chicorée mais elle m’a dit qu’elle n’en produisait plus…De fil en aiguille, je voulais prendre ses coordonnées à Lyon et notamment son adresse, pour lui envoyer un double des photos lorsque je me suis aperçu que l’appareil photo n’était plus sur l’armoire où j’étais pourtant sûr de l’avoir posé. Je lui ai donc demandé si elle ne l’avait pas vu ou pas pris, elle a nié l’évidence, elle avait du profiter que j’ai le dos tourné pour s’en emparer,  prise par je ne sais quelle parano. Elle ne fait pas du naturisme depuis longtemps et s’en cache auprès de ses proches. A t-elle craint que ces images fassent le tour d’internet alors qu’elles sont juste destinées à ma collection personnelle  et à mes cahiers intimes? Toujours est-il que gênée et faisant semblant d’être outrée par mes doutes pourtant bien légitimes, elle est partie comme une voleuse. Une voleuse d’appareil-photo en l’ occurence.

juil 122018

Aujourd’hui, j’avais rendez-vous avec Estelle. J’avais répondu à son annonce du magazine libertin “Paris Sexy Girls”, anciennement “La Vie Parisienne” où elle proposait ses services pour des moments agréables, moyennant finances bien sûr, c’était sous entendu dans l’annonce. Sa photo, où son visage était flouté, laissait apparaître une jolie poitrine et je me suis laissé tenter, d’autant qu’elle m’a paru sympa au téléphone, en tous cas claire et compréhensible, ce qui était loin d’être le cas des autres filles que j’avais contactées par le même biais. Sa voix indiquait néanmoins qu’elle n’était pas née de la dernière pluie mais enfin ne dit-on pas que c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes…J’étais exact au rendez-vous chez elle à Passy, dans les beaux quartiers, non loin de la Tour Eiffel. J’avais réussi à négocier un tarif préférentiel de 100 euros  (alors qu’elle en voulait 150 au départ) pour un massage avec finition manuelle et buccale, c’est à dire masturbation et fellation. Elle me reçoit topless et en porte-jarretelles. Je suis surpris et déçu car l’original ne correspond pas du tout à la photo. Estelle est blonde, grosse et laide, il faut bien le dire. Il aurait fallu se dérober, s’enfuir et garder l’argent mais bon, j’ai voulu jouer le jeu. Je lui ai donné deux billets de 50 euros et on est passé dans sa chambre. Je me suis mis à poil et elle est restée dans sa tenue de pute, avec pour seul vêtement son porte-jarretelles qui ne m’excitait guère. Ca ne commençait pas très bien car je l’ai un peu poussée par inadvertance et elle est tombée du lit. Il faut dire que son matelas n’était pas symétrique. Elle me dira plus tard que l’un de ses clients l’avait cassé en la baisant violemment. Pour ma part, j’avais bien précisé que je ne souhaitais pas de pénétration, ce qui avait aussi contribué à faire baisser un peu le tarif. Estelle m’a félicité pour mon bronzage très prononcé et intégral. Elle m’a dit que mon physique et ma voix lui faisaient penser à Robert Ménard. Ce n’est pas la première fois que l’on me dit que je ressemble au maire de Béziers. Je me suis d’abord mis sur le ventre et Estelle m’a massé légèrement, je devrais plutôt dire m’a effleuré. Son massage n’était vraiment pas terrible et elle m’a d’ailleurs vite demandé de me retourner pour s’occuper de mon sexe. Il était tout petit et tout mou car j’avais beaucoup de mal à être excité par la grosse truie qui s’occupait de moi. Elle a quand même réussi à le faire grossir de sa main puis de sa bouche expertes, non sans l’avoir hélas recouvert d’un préservatif pour la pipe. Je lui avais pourtant dit que ce n’était pas nécessaire et que moi aussi je suçais les hommes et que je les suçais sans capote. Raison de plus   pour en mettre une d’après elle…Elle m’a pompé assez longuement, c’était agréable mais pas au point de jouir, comme elle l’aurait souhaité. Je faisais durer le plaisir mais elle, elle ne pensait qu’à deux choses, le temps et l’argent, car le temps c’est aussi de l’argent. Elle ne cessait de me réclamer 50 euros supplémentaires pour avoir accès à plus d’options comme la branlette espagnole ou une durée plus longue. Même sous la torture, je n’aurais pas donné un euro de plus, c’était déjà bien assez et à défaut de branlette espagnole, je me suis contenté de la branlette française et, comme on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même,  c’est moi qui me suis fait jouir sous ses yeux. Estelle n’aura donc pas brillé au firmament. C’était une erreur mais enfin, on n’en mourra pas…

A propos d’étoile et de stars, les Bleus vont tenter dimanche d’accrocher une deuxième étoile sur leur maillot, synonyme d’une deuxième victoire en Coupe du Monde. Tout le monde surfe sur la vague foot en ce moment, même le porno. Canal diffuse ce mois-ci  ”Scandale aux vestiaires” avec notamment Liza del Sierra, dans le rôle d’un agent de joueur prête à tout. Il s’en passe de belles dans les vestiaires, dans les douches ou sur la table de la ravissante kiné. J’ai aussi beaucoup aimé le documentaire “A Poil dans les baskets” qui nous montre que le sport en chambre est aussi du sport, même si lui n’a pas de Coupe du monde, seulement des croupes du monde…

juil 052018

Histoire de changer un peu, j’ai photographié un homme aujourd’hui. Je suis revenu à mes premières amours car il fut un temps où je photographiais beaucoup plus d’hommes que de femmes alors que maintenant, c’est l’inverse. Guillaume a une vingtaine d’années et je l’ai contacté par le biais du site W annonce où il proposait ses services comme modèle. La ponctualité n’est pas son point fort. Nous avions rendez-vous à 15 heures et il est finalement arrivé vers 18 h 30. Il m’avait heureusement prévenu de son léger retard. Heureusement, je n’avais rien à faire de spécial aujourd’hui, sinon de regarder des films pornos en DVD sur ma télé et des web-cams sur mon ordinateur, via l’excellent site Chaturbate. D’ailleurs quand Guillaume est enfin arrivé, une vidéo de Jacquie et Michel passait à la télé pendant que la jolie web-cameuse Laura Cornett montrait ses pieds sur internet. Guillaume a eu l’air surpris mais ravi de se retrouver dans cet univers très sexe qui est le mien mais, de toute façon, il ne venait pas pour faire du tricot mais bel et bien pour s’exhiber et poser nu, contre un gros billet de 50 euros. Il m’a d’ailleurs demandé comment faire pour postuler comme acteur porno, je lui ai dit que j’attendrai de le voir plus en détail au cours de la séance pour lui donner mon avis et lui dire s’il avait les bons arguments pour réussir dans la partie. Je n’allais pas être déçu du spectacle. Après qu’il eut retiré chaussures, chaussettes, tee-shirt, short et caleçon , je pouvais enfin admirer son joli corps de jeune homme, peau blanche, imberbe hormis quelques poils pubiens, jolie paire de fesses et surtout, un sexe vraiment magnifique, long et large à la fois. Hélas, je ne l’aurai vu qu’au repos car malgré les vidéos qui passaient à la télé sur l’ordinateur et malgré mes sollicitations, Guillaume ne bandait pas. Il se définissait comme hétéro pur et dur (mais pas si dur que ça hélas au moment de la séance…) et n’a pas apprécié quand j’ai essayé de lui toucher son bel engin. Il a donc fallu se contenter d’admirer sa bite au repos et c’était déjà très satisfaisant, il m’a d’ailleurs dit qu’on lui faisait souvent des compliments sur son sexe. Le monde est injuste: sa queue au repos est plus grosse que la mienne en érection…Il a aussi refusé de se mettre à quatre pattes mais   sinon la séance   s’est bien passée. Il a tous les arguments pour réussir dans le porno et si j’étais producteur de films X, je l’engagerai tout de suite.

A propos de producteurs porno, Vanessa Paradis est étonnante en productrice de films X gays des années 70 dans le film “un couteau dans le coeur” qui vient de sortir et que je suis allé voir mardi, profitant des séances pas chères à 4 euros de la fête du cinéma. Le film est violent et dramatique , à la fois léger et sombre. Il rappelle toute la liberté sexuelle et notamment homosexuelle des seventies, les dernières années sans SIDA. C’était le bon temps…

juil 022018

J’ai repris aujourd’hui le cours de mes activités de photographe amateur et de photographe mateur avec la belle Stéphanie, contactée grâce à l’excellent site Focale 31. Stéphanie est hôtesse de l’air et c’est un véritable avion de chasse avec deux superbes air-bags intégrés, on y reviendra. Pour l’instant, elle a suspendu son vol, fatiguée par ses nombreux voyages et les décalages horaires, pour se consacrer à son autre activité de modèle photo, sans oublier son rôle de mère de famille puisqu’elle est mariée et mère de trois enfants. Elle avait accepté ma proposition de 50 euros pour 30 minutes de pose et elle était exacte au rendez-vous, jolie, souriante et sympathique. Vu la forte chaleur ambiante, elle était vêtue du strict minimum, une robe noire, un string blanc et des chaussures marrons largement ouvertes, ce qui laissait voir de jolis pieds aux ongles vernis de rouge. Elle ne s’embarrassait pas de soutien-gorge ni d’autres fioritures et on devinait ses deux superbes obus sous sa robe. Deux superbes obus et tout le reste, elle était vraiment canon, de la tête aux pieds. J’en prenais plein les mirettes et les objectifs, autant celui de l’appareil photo que celui de passer un moment très agréable, étaient largement atteints. En plus, elle était vraiment sympa, elle s’intéressait à moi et à ma modeste vie. Elle a fini la séance à poil, mais sans poils car son sexe est entièrement épilé, sur le lit. De biens belles images qui resteront autant gravées dans ma mémoire que sur la pellicule de mon appareil photo.

Agréable surprise vendredi dernier à la Bastille.  Je passais par là par hasard car je faisais des courses dans le secteur et je suis tombé sur un attroupement, avec des gens qui parlaient dans un micro. Je me suis approché et il s’agissait de l’enregistrement d’une émission de télévision, “Flash Talk” qui passe sur France O et sur la Chaine Parlementaire. Le thème ne pouvait que m’intéresser car il s’agissait de la pornographie et j’ai d’ailleurs vite reconnu les invités, le réalisateur John B Root et les acteurs Rico Simmons, Nikita Bellucci et Liza del Sierra. Malheureusement, j’ai pris le train en marche et j’ai raté une bonne partie de l’émission mais j’ai pu néanmoins entendre Liza del Sierra parler de sa double vie d’actrice porno et d’aide soignante, ce qui n’est pas toujours facile. Elle a repris le porno récemment après quelques années d’interruption alors que Nikita Bellucci vient d’arrêter . John B Root , lui, se considère comme l’un des derniers survivants d’une industrie beaucoup moins florissante qu’autrefois. Il y avait aussi un couple de jeunes libertins, dont la fille s’exhibe en web-cam sur le site français “desir-cam”. Elle a confié que ses revenus de la caméra étaient très variables, pouvant aller de  quelques centaines d’euros à plus de 8000 euros par mois. En tous cas, dans le porno, il n’y a pas de parité. C’est le seul métier où les femmes gagnent beaucoup plus que les hommes…

juin 262018

J’ai attrapé un coup de soleil dans les Landes, sur les plages océanes où je me suis exposé complètement nu. Quelle joie de retrouver sa région d’origine et tant pis pour ce coup de soleil en plein visage qui finira bien par passer. De Vielle Saint-Girons à Soustons en passant par Moliets, Messanges et Vieux-Boucau, j’ai fait du chemin tout nu au bord de la mer. Je suis passé dans des zones où il n’y avait personne, de véritables no man’s land ou plutôt no man’s landes et j’en ai profité pour me taper de super branlettes au bord de l’eau. Sinon, il y avait hélas beaucoup plus de textiles que de naturistes, sauf à Arna, la plage qui jouxte le camping naturiste des Landes. Une plage vraiment agréable et où tout le monde est à poil, les petits, les grands, les bons, les méchants, comme dans la chanson de Pierre Perret. Il y avait beaucoup de zizis à l’air, le vrai, le faux, le laid, le beau, le dur, le mou qui a un grand cou, le grand ridé, le mont pelé comme dans une autre chanson de l’ami Pierrot. Et pas mal de chattes aussi, la plupart rasées comme au premier jour. Beaucoup d’étrangers et notamment des allemands. A chaque fois que je demandais l’heure, on me répondait dans la langue de Goethe…L’eau était bonne, flirtant avec les 20 degrés et la mer relativement calme, ce qui m’a permis de faire quelques bonnes baignades. Bref, quelques jours loin du stress de la capitale.  En plus, j’ai ramené le soleil à Paris car il fait beau et chaud en cette fin juin. Je suis tout nu chez moi au moment où j’écris ces quelques lignes. Pourvu que ça dure !

mai 222018

Lilia est polonaise. J’ai répondu à son annonce de viva street où elle proposait ses services comme modèle photo. En fait, je cherchais plutôt une masseuse maghrébine et j’avais noté les numéros de jeunes beurettes qui avaient l’avantage d’habiter près de chez moi. Mais aucune n’a daigner décrocher quand je les ai appelées et Lilia a été la seule à me répondre. Elle m’a dit qu’elle faisait aussi des massages naturistes avec finition manuelle et tout cela m’a paru alléchant, au point d’effectuer le déplacement chez elle aujourd’hui en début d’après-midi à Clichy. Lilia n’est plus de la première jeunesse, elle a 45 ans et elle est blonde. Elle me reçoit en peignoir et en lingerie jaune, prête pour la séance photo. Elle me demande si j’ai bien amené mon appareil et quand je lui ai montré mon jetable, cela n’a pas eu l’air de lui plaire. Elle semblait méfiante et réticente , même si je l’assurais de ma discrétion. J’avais l’espoir de faire coup double, photo plus massage, mais de séance photo, il n’y eut donc pas mais c’était sans regret car Lilia, toute charmante qu’elle est, n’est quand même pas canon et cela m’a permis de faire des économies. Je me suis donc contenté du massage, 70 euros pour une demi-heure, un tarif semblable aux salons de massage, sauf qu’il ne faut pas donner de pourboire en plus  à la masseuse pour avoir droit aux fameuses finitions. Lilia a enlevé son soutien gorge et sa culotte jaune et s’est bien occupée de moi. Elle m’a bien massé le dos et les fesses, me complimentant pour mon bronzage intégral. Puis, pour finir, pour me finir, elle s’est bien occupée de ma queue avec ses mains expertes et m’a bien fait jouir. J’avais pu toucher un peu ses jolis seins et les poils pubiens de sa chatte naturelle.

C’était chaud hier dans les bois, à l’espace naturiste du bois de Vincennes. Un couple hétéro s’en donnait à coeur joie, le monsieur baisant la dame en levrette sous les yeux de quelques voyeurs ravis, dont votre serviteur. Auparavant, j’avais suivi un jeune asiatique très mignon et très coquin. Il suçait toutes les bites qui se dressaient devant lui. Quand  il s’est remis debout, j’ai pu m’agenouiller devant lui pour prendre en bouche son très joli sexe. Un moment très bref mais très intense.

SITE EXCLUSIVEMENT RESERVE AUX ADULTES

Selon la Loi française, la majorité est fixée à 18 ans accomplis – Article 488 al. 1 du Code civil
www.Youmebob.com
Ce site Internet est réservé à un public majeur et averti.
Il contient des textes, des photos et des vidéos pornographiques interdits aux mineurs, qui peuvent être choquants pour certaines sensibilités.
Il est vivement déconseillé aux personnes sensibles, fragiles et impressionnables d’accéder à ce site ; les mineurs ne doivent en aucun cas y accéder.
Je valide les données contenues dans les paragraphes ci-dessous après les avoir lues attentivement et manifeste ainsi mon accord plein et entier, en certifiant remplir toutes les conditions qui y sont contenues, en cochant les cases prévues à cet effet.

Je certifie sur l’honneur
- Etre majeur selon la Loi en vigueur dans mon pays et selon la Loi française,
- Que les Lois de mon état ou de mon pays m’autorisent à accéder à ce site et que bobtv.fr a le droit de me transmettre de telles données,
- Etre informé du caractère pornographique du serveur auquel j’accède,

Je déclare et reconnais expressément
- N’être choqué par aucun type de sexualité et par aucun texte, ni aucune image ou vidéo à caractère pornographique, et je m’interdis expressément de poursuivre les auteurs de bobtv.fr à raison des données diffusées sur ce site ou de leurs conséquences ;
- Consulter ce serveur à titre strictement personnel, et sans aucune implication, de quelque manière que ce soit, d’une société privée, d’un organisme public, ou de toute autre entité publique ou privée ;

Je m’engage sur l’honneur
- A ne jamais faire état de l’existence de ce serveur auprès de tiers et de mineurs,
- A ne jamais permettre à des mineurs d’accéder à ce serveur et à mettre en œuvre tous moyens de nature à permettre d’empêcher l’accès de tout mineur à ce serveur,
- A ne jamais diffuser tout ou partie du contenu édité sur ce serveur à des mineurs pour quelque raison que ce soit,
- A assumer ma responsabilité dans l’hypothèse où un mineur aurait eu accès à ce serveur à raison de ma négligence ou de mon imprudence (absence de protection de mon ordinateur, absence de logiciel de censure, divulgation ou perte du mot de passe de sécurité), sans recours contre bobtv.fr et ses auteurs et en garantissant d’ores et déjà bobtv.fr et ses auteurs à ce titre,
- A assumer sans réserves toutes les conséquences de toutes natures à raison de déclarations en tout ou partie inexactes, sans recours contre bobtv.fr et ses auteurs.

ICRA

Ce blog a été visité 1624213 fois