fév 052018

Ca faisait un moment que je communiquais avec Aline. D’abord sur internet car elle avait répondu à une de mes annonces de viva street  où je disais que j’étais “fan de cunni” et que j’adorais lécher les femmes. Je lui avais envoyé des photos de moi à poil et elle avait apprécié. Elle cherchait un homme pour des moments coquins et sans prise de tête. Puis, on a échangé nos numéros de téléphone et on s’est appelé plusieurs fois pour des conversations tantôt sérieuses, tantôt coquines. Elle parlait de sexe librement et sans tabous. Le grand moment est arrivé ce soir puisque nous nous sommes enfin rencontrés. Certes, je ne suis pas au top avec le bras gauche dans le plâtre mais j’avais hâte de découvrir si Aline rimait avec coquine et le moins que l’on puisse dire est que je n’ai pas été déçu. Elle est arrivée chez moi en début de soirée et j’ai immédiatement été séduit par son physique pulpeux et latin, aux formes généreuses. Très brune, née au Maroc d’une mère espagnole et d’un père inconnu, Aline a le même âge que moi (55 ans) et elle a trois enfants. Divorcée, elle a été échaudée par des hommes et ne croit plus au grand amour mais elle a envie de s’amuser et elle a de beaux arguments pour cela.  J’étais sous le charme lorsque nous avons bu le café et mangé quelques bonbons au chocolat qui me restaient des fêtes.  Mais le plus beau restait à venir. Aline avait amené de la lingerie fine et des chaussures à talons et elle est allée se préparer dans la salle de bains pour me faire une démonstration. On aurait dit l’actrice porno Anissa Kate avec quelques années de plus, vraiment une très belle femme. Son justaucorps était transparent et fendu là où il fallait, dévoilant largement l’entrejambe et le derrière. Elle avait rajouté un soutien gorge très sexy et décolleté et une petite culotte fendue elle aussi. J’ai d’abord regardé avec envie puis, elle est venue s’asseoir à côté de moi sur le canapé et là, j’ai pu toucher. Un peu timide au début, elle m’a dit que je pouvais y aller, c’était soirée découverte et soirée portes ouvertes.J’ai commencé par sa poitrine opulente, qu’elle a fait refaire car ses seins tombaient un peu suite à ses allaitements. Deux très beaux seins que j’ai eu plaisir à téter moi aussi. Puis, je suis descendu plus bas pour la goûter devant et derrière. Sa chatte était surmontée d’une petite touffe de poils et elle était délicieuse. Je l’ai léchée longuement et j’y ai aussi introduit mon majeur, à sa demande d’ailleurs. Puis, je l’ai fait mettre à quatre pattes pour lui bouffer le cul, là aussi un vrai délice. Mais là, elle n’a pas voulu de doigt car elle a de mauvais souvenirs avec la pénétration anale. De temps en temps, je me branlais car elle m’excitait vraiment beaucoup et vu ses origines et sa morphologie, j’ai osé évoquer la branlette espagnole et ça s’est terminé ma bite entre ses seins. Ni elle ni moi n’avons joui, peut-être paralysés par le stress d’une première rencontre et pris par le temps car il était 22 heures et elle voulait rentrer. Je l’ai raccompagnée au métro, ravi de cette belle soirée, un éclair dans ma grisaille actuelle avec hélas toujours les séquelles de ma mauvaise chute de l’autre jour.

Samedi sur Canal Plus, nous avions rendez-vous avec Bruce d’Anus, un obsédé sexuel qui nous a entraîné dans ses aventures coquines. Rick Angel, l’ancien énarque devenu acteur porno s’en tape de belles et rien ne lui résiste, malgré un physique finalement assez commun et une bite moins surdimensionnée que la plupart de ses confrères. Au casting, de bien belles actrices lui donnaient la réplique de la très sexy Cléa Gautier, très en vue actuellement à la belle américaine Lana Rhodes en passant par la pulpeuse Valentina Ricci ou l’expérimentée Marina Beaulieu. Bref, il y en avait pour tous les goûts…

jan 232018

La semaine dernière, en allant au lit, je me suis pris les pieds dans le tapis et je suis tombé lourdement sur le bras gauche.  Résultat, une fracture du coude, une opération et un plâtre. Cette année 2018 commence bien mal pour moi et je vais traîner cette blessure un bon moment. Mais le garde le moral, d’autant que mon séjour à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière aura aussi eu des côtés très agréables, surtout le matin au moment de la toilette. Comme j’étais handicapé par mon bras, de charmantes infirmières (j’ai même eu droit à un infirmier) m’aidaient à me savonner. J’étais tout nu devant elles mais elles en ont vu d’autres il est vrai…Elles n’allaient quand même pas jusqu’à me faire ma toilette intime mais c’était un moment très agréable. Longtemps, je suis resté seul dans ma chambre et j’avais la télé pour compagne. J’ai pu mater “Enquête très spéciale” vendredi soir et revoir l’émission “C’est mon choix” sur les naturistes. J’ai pu aussi me masturber deux fois, malgré la douleur. Puis , Jérôme, un jeune agent de sécurité, accidenté lui aussi au bras gauche et en plus aux côtes lors d’un accident de scooter, m’a rejoint dans la chambre. Il était charmant, célibataire comme moi, et avait visiblement beaucoup de succès car de jolies jeunes femmes venaient lui rendre visite. Deux d’entre elles, lui ont d’ailleurs apporté le dernier numéro de Playboy où en plus de contempler de belles femmes à poil, on apprend la disparition prochaine du Beverley, le dernier cinéma porno de Paris, la fin d’une époque. Heureusement, c’est mon bras gauche qui a morflé et je peux encore faire des choses avec ma main droite et notamment écrire ces quelques lignes…

jan 132018

Je viens juste de rentrer d’une super soirée qui m’a fait oublier les désagréments d’une journée de travail pénible. En début de soirée, j’ai posé nu pour un peintre. Eric me reçoit dans son appartement près de République. Il avait répondu à une de mes annonces sur W annonce où je proposais mes services comme modèle. Eric fait de très beaux tableaux qu’il a d’ailleurs déjà exposés et il a travaille à partir de photos. J’ai donc posé devant les appareils photo du peintre car il en avait plusieurs, numériques et argentiques. J’ai commencé en peignoir, un peignoir rouge qu’il m’avait prêté puis j’ai continué dans le plus simple appareil devant ses appareils compliqués qui demandaient quelques réglages. J’étais dans la lumière d’un projecteur, une forte lumière qui dégageait une chaleur intense. On se serait presque cru sous les tropiques…J’étais sous les projecteurs et ce n’était pas pour me déplaire. De temps en temps, Eric venait se joindre à moi pour poser en actionnant un système de retardateur mais il est hélas resté habillé toute la séance. J’ai juste pu voir ses pieds car il était en tongs et j’aurais bien voulu voir le reste car plus la séance avançait et plus il me plaisait. Très brun et viril avec une barbe de quelques jours, il était assez craquant. Entre les poses, on faisait une pause, moi avec un verre d’Orangina et lui avec sa cigarette électronique ou une petite clope. J’ai posé dans deux endroits différents. La première partie était plutôt classique, sur le canapé ou les chaises de son salon mais j’ai préféré la deuxième partie, dans une autre pièce, où j’ai posé sur une glace. Je me voyais à travers et je le voyais à lui aussi avec ses appareils photo. Le fil conducteur était un tapis couleur zèbre qui nous accompagnait partout et qu’il a choisi comme dénominateur commun à ses travaux actuels. La séance a duré une heure et demi et je n’ai pas eu affaire à un ingrat puisque Eric m’a donné un billet de 50 euros, soit presque autant que ce que m’avait rapporté ma dure journée de travail de sept heures. Ca me changeait  aussi du mec que j’avais massé hier, Pierre, qui en bon comptable qu’il est, comptait en effet ses sous et ne m’avait donné que 10 euros alors que je lui avait fait la totale. Le monde est mal fait, j’aurais préféré masser, branler et sucer Eric mais qui sait, ce sera peut-être pour une autre fois. Là, c’est resté soft, je ne bandais d’ailleurs pas  car j’essayais de bien me concentrer sur les poses. Je trouve que ma queue est de plus en plus petite au repos alors que mon ventre se porte bien après cette période de fêtes. C’est bien connu, la brioche augmente et la baguette diminue…

Sur le chemin du retour et c’était prévu car comme ça, j’ai pu faire d’une pierre deux coups, je me suis arrêté à la Folie, le théâtre de la rue de la Folie Méricourt pour assister à la pièce d’Arthur Vernon, une femme extraordinaire. C’est l’histoire d’une passion amoureuse et sexuelle qui unit un homme et une femme et s’il paraît que l’amour rend aveugle, le garçon se rend néanmoins compte des nombreux mensonges de la fille. J’étais au premier rang en compagnie d’un couple et c’est mon voisin qui a eu l’honneur de monter sur scène à la fin pour jouer le rôle du sugar daddy de la fille. Pour ma part, j’ai eu droit, comme d’autres  spectateurs des premiers rangs, à une distribution de cookies par la jeune actrice et ce n’était pas pendant l’entracte car il n’y en avait pas. C’est mon côté voyeur qui m’avait fait mettre au premier rang car je savais qu’il y avait des scènes de sexe assez crues et, en effet, je n’ai pas été déçu. Les deux acteurs, non contents d’être talentueux, étaient aussi très beaux, le garçon plutôt trapu et la fille, au contraire, très mince. Ils baisaient ardemment, il y a eu une fellation et des pénétrations et ça n’avait pas l’air totalement simulé…Et puis il faut bien reconnaître, en bon fétichiste que je suis,  que je m’étais aussi assis au premier rang pour bien mater leurs pieds et là aussi, je n’ai pas été déçu. Quand à la morale de cette histoire qui prétend que ce sont les femmes qui manipulent les hommes, chacun en pensera ce qu’il veut en ces temps troublés où balance ton porc  et la liberté d’importuner ne font pas bon ménage. Curieusement, je suis en train de lire le livre de Catherine Millet “la vie sexuelle de Catherine M” qui avait fait scandale à l’époque et qui est effectivement très chaud mais ce n’est pas pour me déplaire. Catherine Millet fait partie des signataires de la tribune sur la liberté d’importuner avec une autre Catherine, Deneuve et aussi Brigitte Lahaie dont beaucoup semblent découvrir les propos sur le viol, comme quoi on peut prendre du plaisir et même jouir lors d’un viol. Brigitte Lahaie a pourtant souvent tenu ces propos dans ses émissions de radio. Ils ne sont pas politiquement corrects certes mais il semble qu’ils ne sont pas dénués de tout fondement. Et c’est bien connu, la vérité n’est pas toujours bonne à dire…

jan 112018

Son pseudo sur W annonce est tout un programme: sur le gâteau. Ce soir, j’ai eu droit à la cerise…Pierre m’avait contacté pour que je lui fasse un massage naturiste et, à peine rentré du boulot, mon téléphone sonnait. C’était lui qui m’appelait, il était prêt pour le massage. Comme il faut battre le fer quand il est chaud, j’ai oublié ma fatigue professionnelle et me suis concentré sur mon nouveau client. Il voulait que je lui masse les pieds et le corps mais ne souhaitait pas de finition, optant donc pour la formule la moins chère, celle à 10 euros. Pierre ne tarda pas à  arriver, la cinquantaine svelte, pas une beauté mais pas dégoûtant non plus, entre les deux sans doute. Il n’a pas voulu boire, ni manger un des bonbons au chocolat qui me restaient des fêtes, nous sommes passés   tout de suite aux choses sérieuses. Je l’ai massé d’abord verso, son dos, ses fesses et donc ses pieds sur lesquels je me suis attardé avec mes mains et aussi ma bouche. Puis je l’ai massé recto, son torse poilu, ses tétons proéminents et bien sûr pour finir, même s’il m’avait confirmé qu’il n’irait pas au delà de 10 euros, sa bite et ses couilles. Sa bite grossissait et durcissait sous mes caresses et elle n’était pas mal du tout, si bien que je n’ai pas pu résister à la prendre en bouche.  Après tout, ça me faisait plaisir et visiblement, ça lui faisait plaisir aussi. Je l’ai fini à la main, il a bien joui et je l’ai nettoyé avec un gant et une serviette. Pour la peine, j’espérais qu’il me donnerait un peu plus que les 10 euros promis. Tu parles, j’ai juste eu droit à mon petit billet de 10 euros pour une petite heure de massage, un smicard du massage. Franchement, c’était pas cher payé.

jan 092018

Ca y’est,  j’ai sucé ma première bite de l’année. Cela s’est passé ce soir dans les chiottes de la piscine Roger le Gall avec l’asiatique boiteux mais néanmoins musclé et mignon que j’avais déjà pompé deux ou trois fois au même endroit. Il faut croire qu’il s’en souvenait car il ne manquait pas de m’effleurer et de me toucher alors que nous étions encore dans le bassin. Il allait beaucoup plus vite que moi et s’était même excusé une fois pour m’avoir doublé un peu trop brusquement.  J’ai pourtant retardé longtemps l’échéance de cette première pipe de 2018 car j’avais trouvé à qui perler dans le bassin avec une charmante algérienne qui m’avait souri à deux reprises. Je suis allé discuter avec elle, c’est la première fois qu’elle venait à la piscine Roger le Gall car sa piscine à elle était fermée et elle était là pour soulager une tendinite à l’épaule droite. J’aurais bien voulu lui faire un massage, elle était bien en chair mais encore séduisante. Elle ne nageait pas, elle restait sur le bord du bassin, je lui ai un peu massé son épaule endolorie mais ça n’a pas été plus loin hélas. On a un peu parlé de nos vies, elle est divorcée avec de grands enfants qui ne vivent plus avec elle. Comme j’avais fini mes longueurs, je commençais à me refroidir dans la piscine et j’ai abandonné Sarah à ses mouvements de bras pour regagner les douches. L’asiatique était là, à l’autre bout des douches, à croire qu’il m’attendait. Je me suis mis à poil comme d’habitude à Roger le Gall pour me doucher et quand j’ai eu fini, comme par hasard l’asiatique s’est dirigé vers les toilettes en laissant la porte ouverte. Je suis donc rentré et me suis assis sur la cuvette. Il m’a présenté sa bite déjà bien juteuse (le liquide séminal sans doute) mais j’ai d’abord voulu voir son cul. Il a enlevé complètement son maillot de bain et s’est retourné pour me faire mater son derrière. Je lui ai léché le trou du cul avec volupté. Je suis devenu un sacré lèche-cul, j’adore ça. Mais lui voulait que je le suce, j’ai donc pris sa petite bite dans la bouche et ça n’a pas duré longtemps car il n’a pas tardé à me cracher sa purée dans la bouche . J’ai recraché aussitôt et lui, il est parti sans un mot, sans un remerciement. Je m’étais bien fait baiser la gueule, au propre comme au figuré.   Voilà, c’était ma première pipe de l’année et sûrement pas la dernière car il parait que 2018 sera l’année de la bite…En sortant, j’ai constaté que Sarah n’était plus dans le bassin. J’ai attendu quelques  minutes, en espérant qu’elle sortirait du vestiaire des dames. J’ai attendu, attendu mais elle n’est jamais venue.

jan 032018

J’ai voulu terminer 2017 en beauté en allant dans un salon de massage de la rue de Charenton, non loin de mon domicile. Vendredi dernier, j’ai donc poussé la porte d’entrée qui indiquait certains tarifs et aussi la présence d’un jacuzzi, ce qui m’intriguait. J’ai été reçu avec le sourire par une jolie chinoise en peignoir et claquettes, ce qui laissait voir ses jolis pieds vernis. J’ai opté pour un massage naturiste de 30 minutes pour 80 euros, le jacuzzi étant beaucoup plus cher. Ce fameux jacuzzi, j’ai tout de même pu le voir car il se trouvait dans la cabine où je me suis déshabillé et allongé pour me préparer au massage. J’étais nu sur le ventre quand ma masseuse est entrée. Elle m’a demandé  si mon bronzage était naturel, j’ai répondu par l’affirmative en précisant bien que j’étais réellement naturiste. J’ai la chance de rester bronzé tout le temps, même en hiver, et il y en a qui croient que je fais des U.V alors que je déteste ça. Je préfère les massages…Ma jolie chinoise s’est déshabillée à son tour. A plat ventre, je ne pouvais pas trop la voir mais heureusement il y avait une glace sur le mur qui permettait de la mater et j’ai tout de suite vu qu’elle était très tatouée, notamment sur son ventre.  C’est la quatrième fois que j’allais dans un salon de massage et la première fois que je me faisais masser par une fille tatouée. Je lui ai d’ailleurs dit qu’elle avait de jolis tatouages pour la flatter et l’amadouer. Elle m’a bien massé le dos, les fesses, les jambes et les pieds puis le moment crucial est arrivé quand je me suis retourné. Ce qui devait arriver arriva, elle a commencé à me masser le sexe pendant que moi, je lui léchais les pieds et suçais les orteils. Bien sûr, elle m’a fait comprendre que tout cela nécessiterait un pourboire, j’étais parfaitement d’accord et, de toute façon, je connais désormais la marche à suivre dans ces salons de massage. J’en ai eu largement pour mon argent  (20 euros de pourboire en plus des 80 euros) car j’ai pu la lécher recto-verso, lui brouter le minou comme lui bouffer le cul. C’est d’ailleurs quand elle s’est mise à quatre pattes pour me présenter son derrière, la seule partie qui n’était pas tatouée, son dos et ses fesses étant vierges de tout tatouage, que j’étais le plus excité et c’est comme ça qu’elle a réussi à me faire jouir. Mon temps imparti n’était pas écoulé et elle a fini en me massant la tête et la nuque pendant que je tétais à ses petits seins. Bref, j’ai eu un nouveau massage pour clore cette année 2017 qui aura été très riche et très satisfaisante pour moi sur le plan du naturisme et de la sexualité. Coté naturisme, j’ai découvert plusieurs nouveaux endroits (Arna, Hossegor, le Cap d’Agde et le bois de Vincennes) et coté sexuel, je me suis ouvert beaucoup plus aux femmes, par les massages ou la photo par exemple, même si je reste très attiré par les hommes, en bon pédé qui se respecte et qui s’assume. D’ailleurs, j’aime beaucoup les mots crus du sexe. Je suis une salope, une pute, une tapette, une pédale, un enculé et je le serai sans doute encore en 2018.

Quelques mots sur deux émissions qui m’ont plu récemment à la télé: Stupéfiant, un magazine culturel de la 2, qui a consacré un numéro à la nudité dans l’art et où l’on a pu revoir hélas habillé (il avait refusé de se mettre à poil devant Léa Salamé, contrairement à deux autres protagonistes de l’émission une danseuse du crazy horse et un directeur de ballet)  le héros de l’Inconnu du Lac qui était superbe la bite à l’air dans le film et qui est toujours aussi mignon, même habillé. Et puis Crac Crac, nouveau magazine érotique de Canal Plus avec un dossier sur les fétichismes et notamment une interview de pieds très bandante pour les amateurs dont je fais partie. A part ça, tous mes meilleurs voeux pour 2018. Et surtout la santé qui nous permettra de jouir encore un peu de la vie…

déc 052017

C’est ma plus fidèle compagne, elle me donne satisfaction tous les jours et je la pratique depuis très longtemps, même si je n’ai pas commencé jeune. Je me branle tous les jours et la masturbation ne cesse de m’enchanter et de me faire jouir. Après tout, on n’est jamais mieux servi que par soi-même…Je ne suis pas le seul à faire l’éloge de la masturbation. Je viens de terminer l’excellent livre de Thibaut de Montaigu “Voyage autour de mon sexe”. C’est une ode au plaisir solitaire ou au sexe imaginaire, comme le dit joliment l’auteur qui explique ainsi le genèse de son livre:  ”Il faut avoir été, comme moi, exilé pendant six mois dans un désert sexuel (en l’occurrence l’Arabie Saoudite où l’auteur a séjourné pour des raisons professionnelles liées au pétrole), pour redécouvrir, faute de mieux mais avec bonheur, les charmes discrets du plaisir solitaire. Par delà ce plaisir, vertigineux, une question a commencé à m’obséder : puisque tout le monde se fait l’amour, pourquoi n’en parle t-on jamais? Et pourquoi s’offrir quelques caresses reste t-il tabou alors qu’il s’agit de la sexualité la plus libre, la plus démocratique , la moins coûteuse qui soit? ” . Au fil des siècles, la masturbation  n’a cessé d’avoir des adeptes, même si elle a eu aussi de solides détracteurs et c’est très bien raconté au fil des pages. On découvre qu’il y a eu des branleurs et des branleuses célèbres comme Salvador Dali et même Soeur Emmanuelle. J’ai relevé deux très beaux paragraphes à la fin du livre. Page 175, l’auteur écrit: ” Le sexe en solitaire ne coûte strictement rien. Pourtant, tout le monde y a droit: riches ou pauvres, célébrités ou illustres taches, amateurs de clubs libertins huppés ou d’hôtels de passe pour routiers. Il est une sorte de revenu minimum sexuel que perçoivent les heureux queutards comme les grands exclus de la baise, les jeunes nymphos comme les vieilles filles, les hardeurs surmembrés comme les détenteurs de micropénis, les missiles atomiques à la Svetlana ou les tromblons telle ma collègue néerlandaise au physique d’autruche acariâtre.” Page 223, il ajoute: ” Ce n’est pas un hasard au fond si la seule pratique sexuelle que nous partageons tous sans exception, gays, hétéros, puceaux, , transgenre, nymphos ou impuissants soit l’amour égoïste. Nous en revenons toujours à lui. On aura beau multiplier les expériences, renouveler les partenaires, rien ne nous fera oublier le plaisir que nous nous donnons en solitaire. La masturbation est une vieille maîtresse que l’on ne quittera jamais. Certains essaient, multipliant les aventures, chassant sans relâche de nouvelles proies puis, un jour, fatigués de courir, y reviennent, comprenant qu’ils ne lui échapperont jamais. D’autres, en la fréquentant de loin en loin, se persuadent qu’elle ne compte pas tant que cela, qu’elle ne fut au fond qu’une erreur de jeunesse et pourtant, ils ne cessent de la répéter! Car la masturbation restera toujours notre vice et notre salut, notre amante la plus délurée et la plus fidèle. Aucune ne saurait l égaler puisqu’elle fut la première.”  Et comme dit le père de l’auteur page 222: “Si tout le monde le faisait plus souvent, le monde irait bien mieux.” C’est aussi mon avis.

La masturbation peut aussi être un très bon refuge pour les grands timides comme moi. Il y a d’ailleurs un très bon dossier sur le sexe et la timidité, qui ne font pas toujours bon ménage, dans le dernier numéro d’ Union. Je me suis reconnu dans trois des quatre points qui sont cités dans cet article  et où les timides trouvent soi-disant refuge: les blogs érotiques, les émissions sur le sexe et les spectacles érotiques. J’ai donné dans ces trois disciplines, à commencer par ce blog où je me livre, sans tabous, sans complexes et sans pudeur. Par contre pour ce qui est du quatrième point, les attaches, ce n’est pas trop mon truc et je laisse ça aux aficionados  de 50 nuances de Grey qui était diffusé dimanche soir sur TF1, mais où les scènes de sexe étaient honteusement édulcorées.

J’ai entendu l’autre matin à la radio, de la bouche de l éminent docteur Cymès  que la taille du sexe des hommes avait tendance à diminuer, selon une étude très sérieuse. Aussi, la fameuse blague du boulanger qui veut qu’au fil du temps, la brioche augmente et la baguette diminue, ne serait donc pas seulement une légende. Enfin, un petit coup de gueule pour terminer. En ce début décembre, ce sont les journées mondiales de lutte  contre le SIDA et on nous rebat les oreilles avec la prévention et le dépistage. J’étais décidé ces derniers jours à faire un check-up complet des IST dans un centre gratuit. J’ai été dans trois endroits différents mais je me suis vu refuser le test à chaque fois, sous prétexte que j’arrivais trop tard et que c’était complet. Malheureusement, je travaille et mes horaires ne me permettaient pas de faire autrement. J’ai donc dû me rabattre sur le test rapide du VIH que j’ai effectué hier au Spot, près de la Bastille. Là, j’étais le premier arrivé  et j’ai été très bien reçu par les membres de l’association Aides. Mon test s’est bien passé et s’est révélé négatif. C’est bien le seul domaine où il vaut mieux être négatif que positif.

nov 242017

Je viens de terminer un livre très intéressant sur le naturisme, “au pays des nudistes”, de l’américain Mark Haskell Smith, un gros pavé de près de 400 pages, des pages naturistes. Je l’ai trouvé sans le chercher, même si j’en avais entendu parler, aux “Mots à la bouche”, l’excellente librairie gay friendly du Marais. Et je n’ai pas été déçu de ce voyage au pays des nudistes, très complet et bien documenté et écrit par un textile qui s’est initié aux joies du naturisme. L’auteur nous entraîne au fil des pages naturistes des croisières nues américaines aux vacances au naturel dans les caraïbes en passant par un hôtel naturiste en Espagne, le village libertin du Cap d’Agde et une randonnue dans les montagnes autrichiennes où il a eu très mal aux jambes. Au fil des pages, il semble de plus en plus à l’aise avec sa nudité et celle des autres et à la fin, sa femme, qui se demandait pourtant ce qu’il allait faire dans cette galère, l’a rejoint dans son dernier voyage, celui des Caraïbes et elle semble avoir pris plaisir elle aussi à se mettre nue. A noter un passage surprenant sur les moeurs qui règnent à San Francisco où on a le droit de marcher nu dans la rue, de prendre le métro ou le bus à poil et de manger dans le plus simple appareil au restaurant mais où il est interdit de bronzer nu dans les parcs, bref l’inverse de ce qui se passe ici dans le vieux continent. Bien sûr, j’ai été particulièrement intéressé par le chapitre sur le Cap d’Agde, d’autant que j’y ai séjourné pendant une semaine cet été . L’auteur décrit très bien le libertinage qui règne dans le village naturiste , page 162. Je ne résiste pas à l’envie de le citer , décrivant une scène aperçue depuis son balcon: “Soudain, je repérai un homme nu buvant en compagnie de deux femmes tout aussi nues, sur un balcon en dessous du mien. Rien d’inhabituel au Cap d’Agde . Je fus toutefois surpris lorsque l’homme se leva pour fourrer son pénis dans la bouche de la blonde assise à sa droite. Sans voir précisément ce qui se passai, je peux dire que la tête de celle-ci effectuait des mouvements que je qualifierais d’ascenseur. Cela dura  quelques instants , puis l’homme se tourna et offrit son pénis à la femme assise à sa gauche. Elle accepta de bonne grâce et le suça pendant que la blonde le fessait.”  En revanche , pas un mot sur la baie des cochons. L’écrivain n’a rien remarqué d’anormal sur la plage. Page 165, il écrit : ” Je n’ai vu sur la plage aucune pratique douteuse, ni aucune fessée lourde de sous-entendus. Pour moi, ce n’était qu’une étendue de sable bondée de milliers de corps nus qui entretenaient gentiment leur mélanome sous un soleil de plomb.” Il faut croire qu’il est resté sur la partie familiale de la plage et qu’il n’a pas parcouru les quelques mètres qui l’auraient amené sur la baie des cochons, là où l’on s’en donne à coeur et à corps joie. Enfin, j’ai gardé pour la bonne bouche, si l’on peut dire, cet extrait de la page 80 que j’ai trouvé savoureux: ” Même la  masturbation pouvait être guérie par le nudisme car la nudité apaise l’attirance sexuelle. Fort de mon expérience limitée, je n’y crois pas une seconde. Tout le monde sait que c’est l’orgasme qui guérit la masturbation.”

Autre genre de nudité, celle des Femen s’affiche en ce moment dans une superbe exposition dans une galerie du Marais. J’en avais eu vent par le magazine Photo qui en fait d’ailleurs sa une ce mois-ci. Les clichés sont signés Bettina Rheims et ils sont vraiment magnifiques. On peut aussi voir un making-of du tournage. Ces combattantes de la féminité ont vraiment de superbes atouts à faire valoir et leur noble cause est  d’actualité ces temps-ci. Enfin, pour rester dans le domaine de la nudité, j’ai l’habitude de prendre ma douche à poil lorsque je vais à la piscine Roger Le Gall et je ne parle pas ici des horaires naturistes. Les douches ne sont pas mixtes et il y a un petit coin où on n’est pas trop à la vue, donc propice à une douche naturiste. Un très bel homme   musclé s’est approché de moi, me réclament un peu de mon gel douche qui arrivait d’ailleurs à son terme. C’est lui qui a donc fini mon flacon puis il a retiré son maillot de bain, dévoilant un très beau sexe rasé et des fesses irréprochables. Un peu plus tard   aux vestiaires, alors que j’étais encore nu, il est arrivé non loin de moi, tout nu lui aussi. Tout en s’essuyant, il me montrait ostensiblement sa superbe bite qui bandait légèrement et son cul vraiment très appétissant. Je lui ai avoué tout cela me donnait  très envie et que j’aimerais le sucer. Mais il m’a dit que ce n’était pas gratuit, que ça se discutait et qu’il était passif, ce qui sautait aux yeux vu la façon dont il exhibait son postérieur. Notre brève rencontre s’est arrêtée là, moi aussi je suis plutôt passif et il devait chercher un actif pur et dur, enfin surtout dur…  Il semblait donc faire commerce de son très beau corps. Après tout, il n’ y a pas de sot métier…

nov 112017

En ce 11 novembre, j’ai fêté l’armistice au Caméléon, le sauna mixte de la rue de Charenton.  L’accueil a été sympathique, j’ai même eu droit à une carte de fidélité. En revanche, je me suis longtemps ennuyé car je suis arrivé tôt, quasiment à l’ouverture et il n’y avait pas beaucoup de monde, quelques mecs et aucune femme. Mais je n’ai rien perdu pour attendre. En milieu d’après-midi, il y a eu pas mal  d’arrivées, des hommes, des femmes , des couples et même des gens dont on ne sait pas trop si ce sont des hommes ou des femmes. Et surtout, beaucoup de noirs. C’était vraiment Noir Désir et ça me convenait bien car j’aime les noirs et les noires. Contrairement à mes habitudes, je n’ai pas sucé de bite aujourd’hui, j’ai juste touché un mec dans le jacuzzi mais j’ai largement assouvi l’un de mes principaux fantasmes, celui des pieds féminins. J’ai caressé et léché assez longuement les pieds de trois femmes, deux noires et une blanche. Ca a commencé au hammam où une jeune et jolie fille de couleur était là avec son compagnon blanc et plus âgé, bien entourée par plusieurs mecs de toutes les couleurs. J’étais en face d’elle et elle tendait ses jambes et ses pieds dans ma direction. Je n’ai pas pu résister à l’envie de les caresser et de les lécher, elle n’y voyait visiblement aucun inconvénient. Je me régalais de ses jolis petits pieds. D’ailleurs, cette fille était vraiment super, on pouvait aussi lui toucher les seins et les fesses, ce dont je ne me suis pas privé quand elle a baisé avec son conjoint dans la salle du fond, se donnant magnifiquement en spectacle. J’ai aussi léché les pieds d’une autre noire dans le jacuzzi puis ceux d’une vieille blanche toujours dans le jacuzzi. Cette dernière avait un gros tatouage sur une de ses jambes et était accompagnée d’un très mignon jeune black qui aurait pu être son petit fils. Il y avait d’ailleurs beaucoup de couples avec de grosses différences d’âge, comme ce couple blanc celui-là où le Monsieur semblait avoir le double de l’âge de la dame à qui il manquait hélas un sein, ce qui n’empêchait pas qu’elle était quand même fort mignonne. Il y avait donc de beaux noirs avec de belles bites comme il se doit et de belles noires, dont la plupart étaient bien en chair, ce qui a aussi son charme. Mon comportement n’a pas toujours été irréprochable et j’ai fait quelques entorses au règlement intérieur, ce qui m’a valu quelques remontrances. Ainsi, dans le feu de l’action, je suis passé directement du hammam au jacuzzi, sans passer par la douche obligatoire. Et je suis rentré une autre fois dans le jacuzzi alors qu’il y avait déjà cinq personnes, le maximum autorisé, et pourtant j’avais largement la place pour m’asseoir. Je me baladais aussi parfois tout nu dans les couloirs, oubliant la serviette et les claquettes. D’ailleurs le bon Dieu m’a puni et je suis tombé en sortant du jacuzzi, sur le sol glissant, heureusement sans gravité. Mais j’avais largement pris mon pied, au propre comme au figuré, et c’était bien là l’essentiel.

nov 102017

Très bonne surprise ce soir, je reçois un jeune couple, Chris et Betty, qui viennent poser nus devant mon objectif. Ils m’ont contacté sur W annonce, répondant à une de mes annonces où je recherchais des modèles. Ils m’avaient envoyé une photo sur le site où j’avais eu un avant-goût de leur joli physique. Chris a 28 ans, c’est un petit gabarit mais il est mignon. Betty a 19 ans, elle est très mate et on la prendrait facilement pour une sud-américaine alors qu’elle est d’origine russe, comme quoi il ne faut pas toujours se fier aux apparences. Ils sont étudiants et arrondissent leurs fins de mois en posant sans tabous et sans complexes. Ils sont très complices et leur ballet est bien réglé. Dès le début de la séance et alors qu’ils étaient encore habillés, ils s’embrassaient fougueusement sur la bouche. Puis, ils se sont mis en sous-vêtements avant de tout enlever, Betty ne gardant que ses lunettes (ah, ces femmes à lunettes…). Ils se sont touchés mutuellement le sexe, celui du garçon étant de taille respectable, gonflé par une puissante érection. Moi, j’étais ravi d’assister à ce spectacle. J’avais laissé la télé et l’ordinateur allumés. C’était la fin du journal sur TF1 et la météo allait arriver alors que la sublime Real Canada s’exhibait sur Chaturbate et nous montrait notamment ses superbes pieds.  Mais j’avais un spectacle encore plus intéressant sous mes yeux, Chris soulevant Betty et glissant sa belle queue entre les cuisses de sa partenaire. Ils sont passés du canapé au lit avec le même entrain, pour mon plus grand plaisir. C’était la première fois que je photographiais un couple et j’étais ravi. Arrivé au bout de la pellicule de mon appareil jetable, j’aurais bien voulu continuer de jouir du spectacle sur mon lit mais j’avais promis de faire vite et de ne pas abuser de leur temps car le temps c’est aussi de l’argent. En une demi-heure, tout était réglé, y compris leur rémunération, 50 euros chacun. Mais j’en avais eu largement pour mon argent.

A part ça, il s’en passe de belles au rayon X.   Canal Plus diffuse ce mois-ci un superbe porno “L’Infiltrée”, une superproduction de Marc Dorcel, réalisée par Hervé Bodilis avec la superbe américaine Megan Rain en vedette.  C’est une intrigue qui se passe dans le milieu des trafiquants de drogue, il y a de la haine et des pistolets mais il y a aussi beaucoup d’amour et de sexe avec aussi les belles Cassie, Rose Valérie  Ania Kinski et Mina Sauvage à l’affiche, un casting de rêve.  Cam 4 se décline désormais en kiosque, avec le magazine du même nom qui nous fait pénétrer dans l’univers des web-cameuses avec la sublime Laly en couverture. A noter deux jeux concours à l’intérieur du magazine, l’un de circonstance puisqu’il permet de gagner une web-cam HD   et l’autre plus discutable car il permet de remporter une pénoplastie, une chirurgie du pénis, visant à augmenter sa taille. On n’arrête pas le progrès, certes, mais il y a des progrès dont on pourrait se passer…Coté livres, j’ai beaucoup aimé lire “Les nouvelles courtisanes” de Nadia Le Brun qui nous fait entrer sans pudeur et sans tabous dans l’univers des sugar daddies et des sugar babies, autrement dit ces très jolies jeunes filles qui se font entretenir pendant leurs études par de riches sexagénaires. Dans sexagénaires, il y a sexe en première syllabe et le côté sexuel est omniprésent dans le livre, crûment raconté et passionnant. Malgré le côté tarifé de la relation, le sentiment n’est pas absent et il y a aussi de belles histoires d’amour entre ces jeunes filles et ces vieux hommes qui pourraient être leur grand père. Dans un autre registre, beaucoup moins gai, j’ai aimé regarder “La Consolation” l’autre jour sur France 3, le téléfilm qui raconte l’histoire de Flavie Flament et de son viol à l’âge de 13 ans par le célèbre photographe David Hamilton. Cela s’est passé au village naturiste du Cap d’Agde et c’est d’ailleurs dans le plus simple appareil et sous les yeux complaisants de sa mère que le spécialiste du flou artistique recevait Flavie, sa jeune modèle, avant d’abuser d’elle. Flavie Flament a balancé son porc comme beaucoup d’autres sont en train de le faire en ce moment. A en croire les nombreux témoignages qui affluent sur les réseaux sociaux, la porcherie est bien remplie.

SITE EXCLUSIVEMENT RESERVE AUX ADULTES

Selon la Loi française, la majorité est fixée à 18 ans accomplis – Article 488 al. 1 du Code civil
www.Youmebob.com
Ce site Internet est réservé à un public majeur et averti.
Il contient des textes, des photos et des vidéos pornographiques interdits aux mineurs, qui peuvent être choquants pour certaines sensibilités.
Il est vivement déconseillé aux personnes sensibles, fragiles et impressionnables d’accéder à ce site ; les mineurs ne doivent en aucun cas y accéder.
Je valide les données contenues dans les paragraphes ci-dessous après les avoir lues attentivement et manifeste ainsi mon accord plein et entier, en certifiant remplir toutes les conditions qui y sont contenues, en cochant les cases prévues à cet effet.

Je certifie sur l’honneur
- Etre majeur selon la Loi en vigueur dans mon pays et selon la Loi française,
- Que les Lois de mon état ou de mon pays m’autorisent à accéder à ce site et que bobtv.fr a le droit de me transmettre de telles données,
- Etre informé du caractère pornographique du serveur auquel j’accède,

Je déclare et reconnais expressément
- N’être choqué par aucun type de sexualité et par aucun texte, ni aucune image ou vidéo à caractère pornographique, et je m’interdis expressément de poursuivre les auteurs de bobtv.fr à raison des données diffusées sur ce site ou de leurs conséquences ;
- Consulter ce serveur à titre strictement personnel, et sans aucune implication, de quelque manière que ce soit, d’une société privée, d’un organisme public, ou de toute autre entité publique ou privée ;

Je m’engage sur l’honneur
- A ne jamais faire état de l’existence de ce serveur auprès de tiers et de mineurs,
- A ne jamais permettre à des mineurs d’accéder à ce serveur et à mettre en œuvre tous moyens de nature à permettre d’empêcher l’accès de tout mineur à ce serveur,
- A ne jamais diffuser tout ou partie du contenu édité sur ce serveur à des mineurs pour quelque raison que ce soit,
- A assumer ma responsabilité dans l’hypothèse où un mineur aurait eu accès à ce serveur à raison de ma négligence ou de mon imprudence (absence de protection de mon ordinateur, absence de logiciel de censure, divulgation ou perte du mot de passe de sécurité), sans recours contre bobtv.fr et ses auteurs et en garantissant d’ores et déjà bobtv.fr et ses auteurs à ce titre,
- A assumer sans réserves toutes les conséquences de toutes natures à raison de déclarations en tout ou partie inexactes, sans recours contre bobtv.fr et ses auteurs.

ICRA

Ce blog a été visité 1603059 fois